Aller au contenu principal
  • LA GAZETTE pour ANBALABA

LA GAZETTE pour ANBALABA

Partager

Anbalaba, l'IRS qui porte l’authenticité du Sud.

Ils sont trois. Mauriciens et artistes ayant accepté de joindre leur nom au programme immobilier. Une lecture du Sud à trois niveaux démarrée voilà 50 ans par Claudio Veeraragoo, auteur de la chanson Anbalaba. L’artiste peintre Vaco s’en est emparée pour créer l’identité graphique du projet et le photographe Jasheel Ramphul, représentant de la jeune génération de Baie du Cap raconte l’histoire d’un rêve qui se concrétise progressivement en fixant les images d’une naissance.

 

Les raisons pour lesquelles les trois artistes se sont associés à Anbalaba prennent racine dans des images de barques de pêcheurs, des souvenirs de brise jouant dans les filaos, l’amour qu’ils portent à ce Sud, si émouvant, si typique et tellement humain. Anbalaba, ou « En bas là-bas », « Plus vers le Sud » renvoie à toute la symbolique de cette partie préservée de l’urbanisation, là où le paysage se faisant relief, côté vert, permet une vue plongeante sur un lagon limpide où convergent toutes les nuances de bleu. Le Sud c’est aussi un littoral ponctué de villages de pêcheurs où le temps s’égraine au rythme des marées et des sorties en mer. La chanson Anbalaba de Claudio Veeraragoo relate d’ailleurs l’histoire d’un pêcheur prêt à décrocher la lune pour sa femme, qui en dépit de cela, ne se déparera pas de sa légèreté. Créé au début des années 1960, ce séga typique deviendra un tube français lorsque Maxime Le Forestier en fera une reprise en 1989.

Télécharger l'article

Anbalaba, l'IRS qui porte l’authenticité du Sud.

Abonnez-vous à notre newsletter